Bovins de boucherie

Les bovins élevés pour la viande sont systématiquement castrés et écornés (dans le cas des races à cornes) sans anesthésiques ou analgésiques.

Horn removal is done by burning the horn bud-living, innervated tissue. The process is intensely painful and brain damage may result if the iron is too hot or held to the head too long.

L’ablation du cornillon se fait au moyen de produits chimiques, par coupure avec un objet acéré ou à l’aide d’un fer chaud. Quelle que soit la méthode utilisée, cette procédure cause de la douleur aux animaux, détruisent les tissus innervés responsables de la formation des cornes.

Les veaux plus agés qui ont déjà des cornes sont écornés. L’écornage consiste à couper les cornes puis enlever les tissus qui les produisent – une procédure extrêmement douloureuse qui peut aussi engendrer des infections.

Cut horns showing tissues.

Coupe transversale d’une corne, montrant la présence de tissus précedemment vivants à l’intérieur de la corne.

Après cinq à six mois, les jeunes veaux sont séparés de force de leur mères et transportés vers des encans pour être vendus aux ventes aux enchères. Ces veaux sont si traumatisés qu’ils meuglent constamment pour appeler leur mères et perdent jusqu’à 8% de leur poids.

Selon la réglementation américaine, tous les bovins de boucherie achetés par des producteurs américains et venant d’enchères canadiennes  doivent être marqués. La procédure de marquage est très douloureuse, et faite sans anesthésiques ou analgésiques.

Les jeunes bovins qui n’ont pas été écornés sur leur ferme d’origine le sont dans les encans.

Pendant le transport, les veaux peuvent être soumis à des variations de température extrêmes: une étude du gouvernement fédéral montre une différence de température de jusqu’à 48 ° C pendant le même voyage. Cette même étude révéle que près de 30% des bovins sont transportés dans des températures supérieures à 30° C. Les bovins peuvent également être transportés légalement au Canada pendant 57 heures sans aliments, eau ou repos.

Beef cattle transported to slaughter.

Dans les parcs d’engraissement, les bovins vivent souvent dans des conditions insalubres qui mènent au dévelopement de problèmes d’yeux(cancer de l’oeil, conjonctivite, etc.) et de peau.

Animal with serious eye condition.

Les bovins de boucherie sont généralement transportés de trois à sept fois au cours de leur vie. Les aiguillons électriques sont couramment utilisés pour les déplacer. Une étude du gouvernement fédéral a montré que les bovins canadiens sont largement surchargés pendant le transport, ce qui leur cause des blessures et augmente le risque d’accidents de camions.

A l’abattoir, les bovins reçoivent un coup de  pistolet percuteur à la tête en vue de les étourdir avant l’exsanguination. Dans 5 à 10% des cas, le coup n’est pas fait de manière suffisamment efficace pour rendre les animaux inconscients, et ils sont égorgés et saignés encore conscients.

Dans ces cas, ce n’est que si la ligne de production est assez lente que les animaux auront le temps de perdre connaissance avant la phase de coupure du jarret. Malheureusement, dans les abattoirs industriels qui sont motivés par la productivité, ces animaux moureront plus probablement « pièce par pièce« , comme le travailleur d’ un abattoir l’avait déclaré au Washington Post.

Si vous mangez du boeuf, essayez d’acheter uniquement des animaux qui n’ont pas eu à vivre dans des parcs d’engraissment. Cherchez à acheter de la viande d’animaux élevés au pâturage.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.